• en
  • es
  • fr

Les spécificités de l’enseignement jésuite

L’enseignement de la philosophie et de la théologie est une longue tradition jésuite. L’apostolat intellectuel fait partie des missions essentielles de la Compagnie de Jésus depuis sa fondation : les célèbres « collèges jésuites », puis les universités jésuites témoignent de cet engagement à travers les siècles jusqu’à aujourd’hui.

 

La fondation du Centre Sèvres en 1974 a été concomitante de changements qui intervinrent à cette époque dans la formation jésuite : d’une part, la philosophie et la théologie ne seraient plus étudiées successivement mais concurremment pour permettre une articulation et un questionnement mutuels entre ces deux disciplines ; d’autre part, la formation d’un jeune jésuite ne se ferait plus « en vase clos » derrière les murs d’un scolasticat ou d’un théologat mais dans une institution universitaire dont la vocation était d’accueillir religieux, religieuses et certains laïcs soucieux de se former dans un lieu marqué par des exigences spirituelles tout autant qu’intellectuelles

 

Par ses recherches, ses enseignements et ses publications, le Centre Sèvres s’efforce de manifester, selon des méthodes universitaires, « une intelligence de la foi » au carrefour des questions philosophiques et théologiques de notre époque.

 

Ouvert à tous ceux qui veulent réfléchir et se former, il propose de lire des philosophes, des moralistes, des théologiens et des mystiques. Il entend aider à approfondir la connaissance de la Bible et à avancer dans la rencontre des cultures, des religions et des spiritualités. Il prend en compte les analyses scientifiques sur l’homme et la société, les enjeux éthiques et les dimensions esthétiques liés au développement d’un univers marqué par la modernité.

 

Un mode de travail adapté à des adultes

Au début de la formation, l’accent est mis sur l’acquisition de méthodes de travail et l’entrée dans de nouvelles disciplines, pour aider peu à peu à structurer en profondeur un jugement personnel responsable. À cet effet, les différentes modalités pédagogiques visent à favoriser la réflexion personnelle, la confrontation à des grandes œuvres de la tradition philosophique et théologique, l’élaboration de travaux écrits approfondis, le débat en travail de groupe, en particulier dans des séminaires et des ateliers.

Au fur et à mesure l’étudiant acquiert davantage d’autonomie dans son travail, par une personnalisation croissante de son parcours.

 

Dans les deux cycles, le système d’évaluation (examens) est conçu dans cet esprit, de manière à permettre chaque année (dossier de fin d’année) et en fin de cycle ( « dossier d’habilitation » ou « reprise synthétique » portant sur l’ensemble du cycle) une appropriation personnelle et approfondie de son travail par l’étudiant.

 

La rencontre de la philosophie et de la théologie

Le programme du premier cycle intégré comprend l’étude de la philosophie et de la théologie ; il est construit chaque année autour d’un thème qui articule de manière organique les différentes disciplines dans le respect de l’autonomie de chacune.

Les étudiants du premier cycle de philosophie et du premier cycle de théologie bénéficient d’un climat d’étude et de recherche marqué par cette confrontation des disciplines.

 

L’accompagnement des étudiants

Chaque étudiant rencontre régulièrement le directeur du cycle, responsable de son programme. Pour le suivi de son travail, il est accompagné en premier cycle par un tuteur qu’il rencontre chaque mois. Enfin, une aide est apportée dans la direction des différents travaux écrits.

 

Une attention aux requêtes de la vie religieuse

Les études proposées représentent une véritable expérience, humaine, spirituelle. L’orientation des programmes, la pédagogie mise en œuvre et la personnalité du corps enseignant visent à favoriser cette expérience. Celle-ci se vit dans un milieu de formation diversifié, marqué par la présence de la vie religieuse, attentif à la manière dont les exigences intellectuelles rencontrent l’expérience de la foi, animé par le souci de penser celle-ci et de l’exprimer dans le contexte d’aujourd’hui.